L’identification et la traçabilité : un défi et une solution pour mettre en valeur les poissons et fruits de mer du Saint-Laurent

bonne_photo
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Par Laurence Marinier 

Stagiaire à l’Institut de recherche en économie contemporaine (IRÉC)
Étudiante à la maîtrise en sciences de l’environnement à l’UQAM 

 

 

 

 

 

Si l’on désire que plus de poissons et fruits de mer du Saint-Laurent se retrouvent dans l’assiette des Québécois, il est essentiel que ceux-ci puissent facilement les identifier à l’étape de leurs achatsPourtant, à l’heure actuelle, les consommateurs possèdent peu de moyens fiables pour repérer les produits marins locaux 

D’abord, si les produits pêchés au Québec ont une faible visibilité, c’est en grande partie en raison de leur présence fort limitée sur le marché intérieurEn 2018, seulement 19 % ont été commercialisés ici, se traduisant par unoffre quelque peu restreinte chez les détaillants québécois 1Ajoutons que sans marque distinctive, les poissons et fruits de mer d’ici se fondent facilement dans la masse.  

 

De plusles consommateurs québécois ont de manière générale très peu d’informations sur les produits de la mer qu’ils souhaitent acheterce qui révèle des lacunes importantes au niveau des mécanismes d’identification et de traçabilité en placeCette situation pose particulièrement problème lorsqu’on désire repérer l’origine des produits marins afin de sélectionner des espèces pêchées localement, d’autant plus qu’elle soulève des questions à l’égard de la protection du consommateur et, plus largement, de la santé publique  

Des lacunes en matière d’identification et de traçabilité  

À l’heure actuelle, les étiquettes informatives apposées sur les produits ne permettent que rarement d’identifier la provenance exacte des produits, bien qu’elles soient censées assurer le partage efficace des informationsIl arrive souvent que l’origine soit mal indiquée, faisant référence à un lieu géographique très large, ou simplement absente 2   

En même temps, au Québec tout comme dans les autres provinces canadiennes, les poissons et fruits de mer sont sujets à d’importants actes de fraude en matière d’étiquetage, bien qu’il s’agisse principalement des produits importésEn effet, une part importante des produits marins qui circulent à l’échelle du pays serait mal identifiée. Les résultats du dernier test effectué en juillet 2019 à Montréal par Oceana Canada ont montré que 61 % des échantillons de poissons et fruits de mer vendus aux consommateurs ne correspondaient pas à l’espèce identifiée ou ne respectaient pas les normes d’étiquetage de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) 3Cette situation pose problème : elle réduit considérablement la capacité des acheteurs à identifier correctement les produits, sans compter qu’elle menace l’innocuité alimentaire et la santé publique, et qu’elle présente des risques importants quant à la durabilité des ressources marines 

L’inconstance des renseignements exposés, tout comme l’absence d’informations essentielles, ont pour conséquence de réduire considérablement la capacité des consommateurs à sélectionner leurs produits en fonction de leur origine. Cela dit, la réglementation qui cadre les exigences relatives à l’identification et l’étiquetage, et les mesures de surveillance qui en découlent sont sans contredit insuffisantes. 

Si l’accès à l’information est arduil faut aussi comprendre qu’il n’existe aucun système de traçabilité établit à l’échelle de la filière des pêcheries. Ce système permettrait de suivre les produits marins tout au long de la chaîne d’approvisionnement, soit « du pêcheur jusqu’au consommateur », et de retracer, entre autres, leur origine. Les systèmes de traçabilité sont des systèmes dinformation auquel chaque fournisseur est tenu de livrer des renseignements relatifs à ses produits 4À l’image d’un classeur, il est possible d’insérer et de récupérer des données, qu’il s’agisse par exemple de la provenance, de la composition ou des manipulations qu’a subies un produit. Grâce à tous ces renseignements, les systèmes de traçabilité permettent de garantir la véracité des informations véhiculées sur un produit.   

Bien que le Québec possède un système de traçabilité réglementéil ne concerne que l’industrie des animaux d’élevage et s’applique spécifiquement aux bovins, ovins et cervidés 5Depuis plusieurs années, quelques démarches de traçabilité volontaires ont été lancées par différentes associations et regroupements de diverses filières agroalimentaires afin de répondre aux exigences du marché et veiller à la sécurité alimentaire. C’est le cas des produits laitiers, des produits de porcs et des œufs destinés à la consommation. Toutefois, un tel mécanisme n’a pas encore été déployé pour les produits de la mer. Ainsi, en l’absence d’un système de traçabilité, les risques d’erreurs en matière d’identification sont très élevés et le consommateur ne peut être rassuré de la véracité des informations véhiculées. Il devient presque impossible de garantir l’origine, ce qui réduit considérablement la capacité des acheteurs à se procurer des poissons et fruits de mer d’ici.   

Crédit photo: Océanna/Jenn Hueting

 Des démarches qui mettent en valeur l’origine des produits

Les Québécois peuvent néanmoins jouir des initiatives portées par différentacteurs de la filière halieutique et des communautés maritimes qui tentent d’offrir une visibilité auproduits de la mer du Saint-Laurent. Ces démarches mettent de l’avant l’origine des produits au moyen de diverses marques de commerce, logos et certifications dont la provenance est garantie par un mécanisme de traçabilitéCertaines de ces initiatives offrent même davantage de renseignements sur les produitstelque le nom du pêcheur, la zone de pêche ou le type de pratiques, en utilisant différentes technologies de l’information pour en faciliter l’accès. Non seulement ces démarches accroissent la valeur des produits québécois sur le marché, mais elles ont aussi pour effets de rapprocher les consommateurs de la mer et de valoriser le travail des pêcheurs et de leur communauté. 

 

Parmi ces démarches, mentionnons :  

 

  • « Gaspésie Gourmande Mer »le plus récent dérivé de la marque de commerce « Gaspésie Gourmande » lancée il y a plus de vingt ans par l’organisme du même nom, autrefois appelé « Le bon goût frais de la Gaspésie ». Depuis 2019, le label « Gaspésie Gourmande Mer » permet de repérer chez les détaillants de la région les produits marins péchés, élevés, transformés et vendus par des Gaspésiens. 

 

 

  • La certification Aliments du Québec, qui regroupe la plus large gamme de produits bioalimentaires d’origine québécoise dont la provenance est garantie par l’organisme indépendant. Depuis 2009, les consommateurs peuvent mieux repérer les produits québécois grâce au sceau « Aliments du Québec » apposé sur les produits en magasin ou grâce au répertoire web de l’organisme.  

 

  • En partenariat avec Aliments du Québec, le Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie (RPPSG) a lancé en 2011 son Programme d’identification du homard de la Gaspésie garantissant aux consommateurs que le homard qu’ils choisissent a été pêché en Gaspésie. Les fameux crustacés sont facilement repérables grâce au médaillon « Aliments du Québec » attaché à l’une de leurpinces.  

 

  • Très similaire à cela, la marque de commerce Keskhen, mettant en valeur les produits de la Côte-Nord, a été lancée récemment par l’Agence Mamu Innu Kaikusseht (AMIK) afin de garantir l’authenticité autochtone des produits pêchés par les communautéinnues de la région. 

 

  • Aussi, depuis 2009, Exploramer a mis en place le programme Fourchette bleue qui vise la saine gestion des ressources du Saint-Laurent, publiant chaque année une liste d’espèces marines à favoriser et certifie les restaurants et les poissonneries qui se donnent comme mandat de privilégier ces espèces. De cette manière, la certification assure aussi l’origine québécoise des produits.  

 

  • Finalement, grâce au programme de traçabilité mis en place par le détaillant Metro en 2010, près d’une centaine de produits de poissons et fruits de mer disponibles dans les magasins peuvent être tracés, offrant aux consommateurl’accès à une multitude d’informations sur les produits marins, dont le nom scientifique, la provenance et les pratiques de pêches. Ceux-ci sont repérables via le sceau « Fraîcheur traçable » apposé directement sur les produits ou via leur site web.  

Crédit photo: J.J.McDonnell, 2020

Conclusion   

Les efforts déployés par les acteurs du milieu des pêcheries et plus largement du secteur bioalimentaire ont sans contredit su démarquer les produits du Saint-Laurent sur le marché domestique. Néanmoins, ces démarches restent à la marge et ne peuvent assurer à elles seules l’accès à des informations claires et exhaustives sur les produits marins disponibles au Québec. Un travail systématique est nécessaire pour améliorer les mécanismes d’identification et de traçabilité de ces produits.  

 

En ce sens, viser une traçabilité obligatoire, comme c’est le cas aux États-Unis et en Europe, serait un moyen efficace de bonifier les exigences réglementaires déjà en place et d’offrir aux consommateurs suffisamment d’informations pour qu’ils puissent aisément sélectionner leurs produits en fonction de leurs besoins 

 

En même temps, si quelques initiatives ont déjà fait leurpreuves, il importe de s’en inspirer. Il serait possible d’intégrer ces efforts au moyen d’une marque commune regroupant l’ensemble des produits du Saint-Laurent et qui mettrait en valeur la provenance des espèces marines du Québec.  

 

Il pourrait aussi être pertinent d’user des outils de commercialisation déjà en place comme les appellations réservées ou les termes valorisants, ce qui permettrait de démarquer les produits québécois qui portent des caractéristiques particulières. À ce jour, aucun produit marin ne jouit de cette distinction, bien que ce soit le cas pour plusieurs produits agroalimentaires. Il s’agit ici d’une belle opportunité à saisir pour mettre en valeur le caractère distinctif des produits d’ici.  

 

Ainsi, voilà pourquoi l’identification et la traçabilité présentent à la fois un défi et une solution. Peu importe la voie à privilégier, viser l’amélioration de ces mécanismes présente un potentiel énorme lorsqu’il est question de promouvoir les produits marins du Québec.  

1 Vargas, R. (2019). Portrait de la filière de la pêche maritime et de la transformation des poissons et des fruits de mer du Québec. BioClips, 27(29). Récupéré de www.mapaq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/BioClips2019/Volume_27_no29

2 Oceana Canada. (2019). Mal identifié : Comment résoudre le problème de la fraude des produits de la mer au Canada ; enquête à Montréal. Rapport octobre 2019. 16p. Récupéré de https://oceana.ca/fr/publications/reportages/mal-identifie-comment-resoudre-le-probleme-de-la-fraude-des-produits-de-la

3 Ibid

4 Olsen, P. et Borit, M. (2013). How to define traceability. Trends in food science & technology29(2). Récupéré de https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0924224412002117

5 Agri-traçabilité Québec (ATQ). (2011). Guide Agri-traçabilité Québec. Récupéré de https://www.atq.qc.ca/images/stories/guidefr.pdf