Les pêcheries et l’aquaculture soutenues par la communauté : les retombées et les défis
(partie 2/3)

gabriel-31
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Par Gabriel Bourgault-Faucher

Institut de recherche en économie contemporaine (IRÉC)

Crédit photo : Raymer Aquaculture, 2021

Alors que les pêcheries et l’aquaculture soutenues par la communauté (PASC) connaissent un essor fulgurant en Amérique du Nord depuis plus d’une décennie, il est frappant de constater qu’au Québec aucune initiative du genre n’ait été implantée à ce jour. Il y a pourtant là une occasion à saisir pour diversifier le modèle prévalant actuellement dans le secteur des pêches et de l’aquaculture commerciales. Dans la précédente fiche, nous avons retracé l’émergence et le développement des PASC depuis le milieu des années 2000 et abordé la diversité des formules possibles. Cette seconde fiche portera maintenant sur les retombées de cette approche qui mise sur les circuits courts, sur les principaux défis qu’elle rencontre et sur ses facteurs de succès.

Les multiples retombées des PASC

Les PASC produisent d’importantes retombées économiques, sociales et environnementales. Si ces retombées diffèrent d’une initiative à l’autre, suivant les formes organisationnelles qu’elles adoptent, les orientations qu’elles prennent et les services qu’elles mettent en place, elles présentent néanmoins des traits communs.

Retombées économiques

Sur le plan économique, les retombées se manifestent d’abord par la simplification et la transparence de la chaîne d’approvisionnement. De manière générale, les PASC favorisent une traçabilité impeccable de l’hameçon à l’assiette par le fait qu’elles recourent à des chaînes d’approvisionnement courtes – c’est-à-dire un intermédiaire au plus – et ce, même si elles transportent parfois leurs produits sur des distances considérables 1

En deuxième lieu, les PASC tendent à accroître la résilience2 des chaînes d’approvisionnement et plus largement des systèmes alimentaires3. Une étude réalisée pendant la pandémie de COVID-19 montre comment les PASC se sont rapidement réorganisées et adaptées dans un contexte hautement instable, ce qui laisse présager qu’elles pourraient faire de même vis-à-vis des changements climatiques4. Une seconde étude montre également que les pêcheries axées sur l’exportation se sont montrées hésitantes au début de la pandémie, tandis que les réseaux alternatifs de commercialisation des poissons et fruits de mer, comme les PASC, ont pris de l’ampleur au Canada et aux États-Unis, témoignant en cela de leur plus grande résilience5.

En troisième lieu, les PASC permettent un prix juste et un accès équitable, tant pour les pêcheurs ou les aquaculteurs que les consommateurs. Plus exactement, en s’extrayant de l’emprise des grandes chaînes d’approvisionnement et en maîtrisant eux-mêmes la commercialisation de leurs produits6, les pêcheurs et les aquaculteurs obtiennent un meilleur prix pour leurs produits. En plus de leur offrir plus grandes prévisibilité, stabilité et sécurité financière, la formule permet aussi de rémunérer les efforts consentis pour gérer cette commercialisation atypique et pour offrir des produits de qualité supérieure, d’une fraîcheur rarement égalée. Pour les consommateurs, l’écart de prix est certes tangible puisque les coûts sociaux et environnementaux sont internalisés et que la qualité des produits est supérieure. Cet écart de prix demeure somme toute mitigé par la suppression des nombreux intermédiaires des longues chaînes d’approvisionnement. Autrement dit, le rapport qualité/prix est nettement amélioré. Les consommateurs ont également l’assurance que leur argent rémunère de manière équitable les pêcheurs et les aquaculteurs en même temps qu’il continue de circuler au sein de l’économie locale.7

En quatrième lieu, les PASC permettent de maîtriser la commercialisation des produits aquatiques et d’enrichir la chaîne de valeur, tout en favorisant la rétention de cette valeur. Le lien direct ou presque avec les consommateurs ainsi que le format des colis permettent aux pêcheurs et aquaculteurs de se concentrer sur la qualité plutôt que la quantité. La valorisation des produits sort ainsi d’une logique de volume. En maîtrisant ensuite la commercialisation, la valeur reste entre les mains des pêcheurs et des aquaculteurs, et non entre celles des intermédiaires de marché.

Retombées sociales

En ce qui concerne les retombées sociales, mentionnons dans un premier temps l’accès à une nourriture saine, de qualité, en phase avec les spécificités territoriales et saisonnières. Les PASC favorisent la diversification des captures (nous y reviendrons), ce qui en retour contribue à diversifier la consommation de poissons et fruits de mer. Les consommateurs voient ainsi s’améliorer leur accès à des produits aquatiques durables, locaux et diversifiés. Cela permet de diminuer la consommation de produits aquatiques bas de gamme et d’espèces faisant souvent l’objet de pratiques douteuses, parfois destructrices des écosystèmes, comme la surpêche ou les élevages intensifs, et difficilement documentables pour chaque achat. Les PASC sont de la sorte susceptibles de changer les comportements d’achat, tout en contribuant à garantir la sécurité alimentaire8.

En corollaire, les PASC ont des retombées positives en matière d’éducation civique, notamment en ce qui a trait aux enjeux socioéconomiques et environnementaux liés à la pêche et à l’aquaculture. Les chaînes courtes et transparentes des PASC permettent de sensibiliser et de fournir des informations supplémentaires aux consommateurs, voire d’être en contact direct avec les pêcheurs et les aquaculteurs, et offrent du même coup la possibilité de mieux connaître cet univers (biologie et habitat des espèces pêchées et localement abondantes, l’état des ressources, les techniques de pêche et d’élevage, le métier de pêcheur ou d’aquaculteur, etc.). C’est aussi l’occasion d’apprendre à cuisiner ces espèces parfois méconnues (partage de trucs et d’astuces, de recettes, d’infolettres, réalisation d’ateliers et de démonstrations, etc.), d’enrichir ses connaissances et ses compétences, et de cultiver de nouvelles préférences et de nouveaux goûts alimentaires9.

En somme, les PASC densifient les liens entre l’économie et les milieux. Elles tendent à améliorer le dialogue entre les pêcheurs ou les aquaculteurs et les consommateurs, favorisant une meilleure compréhension mutuelle. Plus encore, le modèle est reconnu pour être valorisant, sur le plan personnel, à la fois pour les pêcheurs ou les aquaculteurs (valorisation de leur métier par la reconnaissance des consommateurs) et les consommateurs (sentiment de contribuer directement à l’économie locale et à la protection de l’environnement). À plus long terme, les PASC sont susceptibles de mener à un engagement communautaire accru dans la gestion des pêcheries et de l’aquaculture à l’échelle locale. La responsabilisation et l’implication des parties prenantes dans un tel modèle sont généralement grandes et augmentent la sensibilité aux enjeux socioéconomiques et environnementaux des pêches et de l’aquaculture commerciales. Enfin, en maintenant des pêches et une aquaculture de proximité, les PASC présentent un intérêt certain en matière d’habitation du territoire10.

Retombées environnementales

Du côté des retombées environnementales, notons premièrement l’utilisation de techniques de pêche plus durables. En effet, les PASC encouragent le recours à des engins de pêche à faible impact sur l’environnement, tels les engins passifs, qui sont beaucoup plus sélectifs, nécessitent moins d’énergie fossile pour fonctionner, produisent moins de bruits sous-marins et détruisent moins les fonds marins11.

Deuxièmement, les PASC permettent de diminuer l’effort de pêche. En se focalisant sur la qualité des prises et non plus sur la quantité, ainsi qu’en travaillant à diversifier les captures, l’effort de pêche sur les principales espèces à haute valeur commerciale s’en trouve réduit. Les PASC créent un marché pour des espèces abondantes mais trop souvent boudées ou ignorées par les consommateurs, tout en créant une demande locale pour des produits autrement exportés. Par la même occasion, les PASC favorisent la valorisation des prises accidentelles. Ici, les poissons et fruits de mer qui ne sont pas en premier lieu visés par la pêche en question trouvent une place de choix dans les colis livrés aux consommateurs. En fait, les PASC permettent littéralement d’en finir avec les prises accidentelles, puisque toutes les prises deviennent commercialisables et le sont effectivement. En même temps, ces prises permettent de diminuer l’effort de pêche sur les principales espèces.12

Enfin, les PASC tendent à réduire radicalement le nombre de kilomètres parcourus par les poissons et fruits de mer avant que ceux-ci ne parviennent aux consommateurs. Une étude réalisée en 2014 sur quinze PASC montre que les produits aquatiques qu’elles commercialisent parcourent une distance moyenne de 65 km, contre 8812 km en moyenne pour les produits aquatiques industriels consommés aux États-Unis13. L’écart est gigantesque.

Crédit photo : Raymer Aquaculture, 2021

Défis et facteurs de succès des PASC 14

Même si les PASC apportent de nombreuses solutions aux enjeux soulevés par les pêches et l’aquaculture commerciales conventionnelles, il ne faut pas se leurrer, elles sont aussi confrontées à plusieurs défis pour s’implanter durablement.

Du côté de l’offre

Du côté de l’offre, en plus de devoir affronter la concurrence de sociétés et conglomérats multinationaux sur les marchés locaux de poissons et fruits de mer, les PASC font face à des défis de coûts élevés au démarrage ainsi que des défis pratiques d’internalisation des activités de commercialisation (par exemple la logistique du transport et de l’entreposage, la communication et le service à la clientèle), activités généralement externalisées à un ou plusieurs intermédiaires15.

Un deuxième défi est de convaincre pêcheurs et aquaculteurs de se joindre au projet et de s’y investir suffisamment pour qu’il démarre sur des bases solides. Ce défi se présente surtout lorsque ce sont des consommateurs ou une tierce partie qui sont à l’origine de la PASC. Quoi qu’il en soit, convaincre des pêcheurs ou des aquaculteurs de modifier leurs pratiques en matière de commercialisation, de tisser de nouvelles relations d’affaires, de détourner une partie de leurs produits (au détriment parfois de gros acheteurs), présente son lot d’incertitude et de risque

Un autre défi consiste à travailler à l’intérieur du cadre législatif en vigueur. Généralement, le secteur est régi par des lois et règlements conçus pour une pêche et une aquaculture axée sur les volumes et une transformation industrielle de commodités destinées à l’exportation, et non pour une production artisanale commercialisée localement en circuit court16. Ce défi peut d’ailleurs s’en trouver complexifié lorsque les produits sont amenés à traverser plusieurs frontières, plusieurs législations.

Un quatrième défi provient de l’imprévisibilité de l’approvisionnement. Ce défi renvoie au partage des risques entre les pêcheurs et les consommateurs17. La pêche étant une activité déterminée en bonne partie par les conditions météorologiques, il va de soi qu’elle présente son lot d’éléments impondérables. Cela ne semble toutefois pas poser problème du moment où les consommateurs sont prévenus dès que possible. Il semble même que cela ajoute à l’authenticité de l’expérience et permette aux consommateurs de mieux saisir les enjeux liés à la pêche et à ses aléas18. Au demeurant, un regroupement de plusieurs pêcheurs et aquaculteurs au sein d’une même PASC peut apporter plus de diversité et de stabilité à l’approvisionnement.

Un dernier défi du côté de l’offre est de communiquer adéquatement les qualités et les retombées de la PASC aux consommateurs, entre autres en ce qui a trait à leur caractère local et durable. En effet, les PASC rivalisent avec les mouvements mondiaux pour une pêche durable misant sur des certifications, comme le Marine Stewardship Council (MSC). Bien que ces derniers revêtent une certaine importance, ils évacuent le caractère local et admettent la pêche industrielle hautement monospécifique. Ce défi des PASC consiste donc à se distinguer (par des critères robustes) des approches globalisantes de la pêche durable, dont les critères sont bien souvent conçus par et pour des corporations multinationales de l’agroalimentaire.

Du côté de la demande

Du côté de la demande, le premier défi est de gérer les attentes très diversifiées des consommateurs. Comme cela est le cas dans la plupart des marchés, la clientèle d’une PASC varie considérablement et elle nourrit différentes attentes en matière de services et de produits recherchés. Cela est d’autant plus vrai pour un mode de commercialisation émergent, dont les formules sont très variées19 . Les consommateurs peuvent avoir des représentations très différentes de ce qui est « local » et « durable ». Certains attendront une grande diversité d’espèces, d’autres quelques espèces en particulier. Répondre à ces attentes est tout sauf aisé, surtout compte tenu des éléments impondérables propres à la pêche.

Un second défi est de fidéliser un noyau dur de consommateurs. Les PASC, cherchant à stabiliser leurs revenus, engendrent des contraintes pour les consommateurs, désormais habitués à trouver de tout, tout le temps. Le prix réel des produits, notamment lorsque les coûts sociaux et environnementaux sont internalisés, peut aussi apparaître prohibitif, d’où la nécessité de communiquer adéquatement les qualités locales et durables des produits, ainsi que leurs retombées économiques, sociales et environnementales pour les communautés concernées. Bref, les PASC peuvent être confrontées à un roulement de clientèle qui peut menacer la stabilisé dont elles ont grandement besoin.

Les facteurs de succès

Pour mieux surmonter ces défis, une étude canadienne menée auprès de 47 PASC en Amérique du Nord s’est penchée sur leurs facteurs de succès, du point de vue de leur performance économique et de leur viabilité à long terme. Après tout, il faut le reconnaître, plusieurs PASC ont cessé leurs activités faute de rentabilité. L’étude identifie ainsi trois caractéristiques clés influençant de manière positive les marges bénéficiaires nettes (retenue comme indicateur de leur performance économique) des PASC, soit s’engager activement dans les médias sociaux, offrir une option de vente au détail (vente au quai, marché de producteurs, commerce en ligne, etc.) et avoir au moins un pêcheur ou un aquaculteur comme membre fondateur. Conjointement, ces trois caractéristiques clés permettent de développer les PASC autour de trois piliers centraux, soit la communication, la commercialisation et la production (pêche ou aquaculture)20

L’engagement actif dans les médias sociaux permet tout d’abord de mener des activités de communication relativement simples comme stimuler la participation de la communauté et des consommateurs, diffuser de l’information, coordonner la livraison des colis ou interagir avec un large public, notamment les plus jeunes, tout ceci à moindres coûts. Quant à l’offre d’une option de vente au détail, elle permet de diversifier les activités de commercialisation, d’éviter qu’elles reposent uniquement sur un seul débouché et de capter des consommateurs réticents à partager le risque et préférant s’approvisionner à la carte. Enfin, avoir un pêcheur ou un aquaculteur en tant que membre fondateur permet une plus grande expertise dans la coordination et la gestion de la PASC. Sa connaissance du secteur et de la communauté est un atout majeur, surtout pour recruter d’autres pêcheurs ou aquaculteurs et d’autres consommateurs. Le lien qu’il est amené à développer avec les consommateurs semble également ajouter de la crédibilité, favoriser l’établissement de relations de confiance et susciter l’implication des consommateurs.

Conclusion

Les PASC sont encore relativement jeunes et pourtant engendrent déjà des retombées considérables, tant sur le plan économique que social et environnemental. Bien qu’elles rencontrent d’importants défis, ceux-ci ne sont pas insurmontables puisque des facteurs de succès ont déjà été identifiés. Le Québec ne devrait pas être en rade devant une telle occasion de développement pour ses communautés et l’économie de ses pêches. Une approche structurée et intégrée des PASC au Québec, portée par un acteur majeur, permettrait certainement de surmonter les obstacles et faciliterait l’ancrage de la formule ici. La prochaine fiche ouvrira d’ailleurs la discussion sur ce sujet.

1– Witter, A. (2012). Local Seafood Movements and Seafood Sustainability in North America. A case study on a community supported fishery in Monterey, California, mémoire de maîtrise (sciences de l’environnement, politiques publiques et gestion ; programme Erasmus) sous la direction de Naoko Tojo et Jason Scorse, Université de l’Égée, Université de l’Europe centrale, Université de Lund et Université de Manchester, [en ligne], p. 50.

2– La résilience se définit comme la « capacité d’un système alimentaire et de ses éléments constitutifs à garantir la sécurité alimentaire au cours du temps, malgré des perturbations variées et non prévues ». Les greniers d’abondance (2020). Vers la résilience alimentaire. Faire face aux menaces globales à l’échelle des territoires, 2e édition, [en ligne], p. 177.

3– McClenachan, L. M., Neal, B. P., Al-Abdulrazzak, D., Witkin, T., Fisher, K. et J. N. Kittinger (2014). « Do community supported fisheries (CSFs) improve sustainability ? », Fisheries Research, vol. 157, [en ligne], p. 66-67 ; Stoll, J., Dubik, B. et L. M. Campbell (2015). « Local seafood : rethinking the direct marketing paradigm », Ecology and Society, vol. 20, no 2, [en ligne], p. 9-10.

4– Carlson, A. K., Young, T., Centeno, M. A. et S. A. Levin (2021). « Boat to bowl : resilience through network rewiring of a community-supported fishery amid the COVID-19 pandemic », Environmental Research Letters, vol. 16, no 3, [en ligne], p. 13-14.

5– Stoll, J., Harrison, H., De Sousa, E., Callaway, D., Collier, M., Harrell, K., Jones, B. Kastlunger, J., Kramer, E., Kurian, S., Lovewell, M. A., Strobel, S., Sylvester, T., Tolley, B., Tomlinson, A., White, E. R., Young, T. et P. Loring (2021). « Alternative Seafood Networks During COVID-19 : Implications for Resilience and Sustainability », Frontiers in Sustainable Food Systems, vol. 5, [en ligne], p. 1-12.

6– L’étude d’une PASC en Caroline du Nord avance que les pêcheurs ont touché un revenu supérieur de 33 % au revenu moyen des autres pêcheurs de la région, pour les mêmes espèces. La forme coopérative retenue par cette PASC a en outre ajouté, au revenu des pêcheurs, une ristourne variant de 14 à 18 %. Stoll, J., Dubik, B. et L. M. Campbell (2015). Op. Cit., p. 6-7.

7– Brinson, A., Lee, M.-Y. et B. Rountree (2011). « Direct marketing strategies : The rise of community supported fishery programs », Marine Policy, vol. 35, [en ligne], p. 542 ; Giorgi, S., Herren, S., et G. King (2013). Community Supported Fisheries (CSFs) : Exploring the potential of CSFs through Catchbox, Brook Lyndhurst et DEFRA, [en ligne], p. 4 et 70-72 ; Witter, A. (2012). Op. Cit., p. 23-24 ; Witter, A. et J. Stoll (2017). « Participation and resistance : Alternative seafood marketing in a neoliberal era », Marine Policy, vol. 80, [en ligne], p. 134-135.

8– Giorgi, S., Herren, S., et G. King (2013). Op. Cit., p. 72-86 et 100 ; Witter, A. (2012). Op. Cit., p. 24.

9– Bolton, A. E., Dubik, B., Stoll, J. et X. Basurto (2016). « Describing the diversity of community supported fishery programs in North America », Marine Policy, vol. 66, [en ligne], p. 25 ; Giorgi, S., Herren, S., et G. King (2013). Op. Cit., p. 4-5 et 72-86 ; McClenachan, L. M., Neal, B. P., Al-Abdulrazzak, D., Witkin, T., Fisher, K. et J. N. Kittinger (2014). Op. Cit., p. 67-68 ; Witter, A. (2012). Op. Cit., p. 48-49 ; Witter, A. et J. Stoll (2017). Op. Cit., p. 135-136.

10– Giorgi, S., Herren, S., et G. King (2013). Op. Cit., p. 5, 74-76 et 90-91 ; McClenachan, L. M., Neal, B. P., Al-Abdulrazzak, D., Witkin, T., Fisher, K. et J. N. Kittinger (2014). Op. Cit., p. 67-68 ; Raftowicz, M., Kalisiak-Mędelska, M. et M. Struś (2021). « The Implementation of CSA Model in Aquaculture Management in Poland », Sustainability, vol. 13, no 3, [en ligne], p. 3-4 ; Stoll, J., Dubik, B. et L. M. Campbell (2015). Op. Cit., p. 7-10 ; Witter, A. (2012). Op. Cit., p. 48-49 ; Witter, A. et J. Stoll (2017). Op. Cit., p. 135-136.

11– McClenachan, L. M., Neal, B. P., Al-Abdulrazzak, D., Witkin, T., Fisher, K. et J. N. Kittinger (2014). Op. Cit., p. 66-67 ; Stoll, J., Dubik, B. et L. M. Campbell (2015). Op. Cit., p. 9.

12– McClenachan, L. M., Neal, B. P., Al-Abdulrazzak, D., Witkin, T., Fisher, K. et J. N. Kittinger (2014). Op. Cit., p. 66-67 ; Stoll, J., Dubik, B. et L. M. Campbell (2015). Op. Cit., p. 9.

13– Ainsi, même une PASC qui fait transiter ses produits sur un peu plus de 4000 km demeure de moitié en deçà de la moyenne des produits aquatiques industriels. McClenachan, L. M., Neal, B. P., Al-Abdulrazzak, D., Witkin, T., Fisher, K. et J. N. Kittinger (2014). Op. Cit., p. 64-67.

14- Sauf indication contraire, cette section sur les principaux défis a été rédigée à partir de : Witter, A. (2012). Op. Cit., p. 58-61.

15-Godwin, S. C., Francis, F. T., Howard, B. R., Malpica-Cruz, L. et A. L. Witter (2017). « Towards the economic viability of local seafood programs : Key features for the financial performance of community supported fisheries », Marine Policy, vol. 81, [en ligne], p. 376 ; Witter, A. et J. Stoll (2017). Op. Cit., p. 136.

16– Loring, P., De Sousa, E. et H. Harrison (2021). « Small scale fisheries can have a big future in Canada’s food systems », Policy Options, 2 avril, [en ligne].

17– La notion de partage des risques a été abordée dans la première fiche de cette série. Voir : [en ligne].

18– Giorgi, S., Herren, S., et G. King (2013). Op. Cit., p. 29.
19– Nous avons abordé la diversité des formes et formules possibles dans la fiche précédente. Voir : [en ligne].

20 – Godwin, S. C., Francis, F. T., Howard, B. R., Malpica-Cruz, L. et A. L. Witter (2017). Op. Cit., p. 377-379.